Barbières

Vierge du voeu

Vierge du voeu de Barbières, installée sur un rocher près d'un pont, à la sortie est du village. La statue a été inaugurée en 1923 pour remercier la Vierge de sa protection sur le village relativement épargné pendant la Première Guerre mondiale. Après la Seconde Guerre mondiale, une "grotte de Lourdes" a été aménagée à proximité, dans une cavité naturelle. La grotte ainsi que la statue ont été bénites le 7 septembre 1947 par l'évêque de Valence Camille Pic.

____________________

L'origine de la statuaire des Vierges du voeu, visible dans plusieurs communes... Lire plus

Voir les photos
Informations

Coordonnées

Adresse : Barbières , 26300 Barbières
Coordonnées GPS : 44.952638 , 5.143788
Voir sur la carte
Thématiques & ressources
Thématiques
  • Monument
  • Drôme
  • Dévotion populaire
Description complète du lieu

Vierge du voeu de Barbières, installée sur un rocher près d'un pont, à la sortie est du village. La statue a été inaugurée en 1923 pour remercier la Vierge de sa protection sur le village relativement épargné pendant la Première Guerre mondiale. Après la Seconde Guerre mondiale, une "grotte de Lourdes" a été aménagée à proximité, dans une cavité naturelle. La grotte ainsi que la statue ont été bénites le 7 septembre 1947 par l'évêque de Valence Camille Pic.

____________________

L'origine de la statuaire des Vierges du voeu, visible dans plusieurs communes de la Drôme, est double. Le 9 juillet 1944, à Die, l'abbé Jean Bossan pousse ses paroissiens à implorer la protection de la Vierge et à faire le vœu d'ériger une statue en son honneur si la ville est protégée. L'évêque de Valence-sur-Rhône, Monseigneur Camille Pic, lance ensuite le mouvement départemental par le biais de la Semaine religieuse du diocèse de Valence-sur-Rhône, Die et Saint-Paul-Trois-Châteaux du 26 juillet 1944. La date du vœu est fixée le 15 août 1944, fête de l'Assomption.

La réalisation des statues est confiée le plus souvent à des sculpteurs locaux ou régionaux, tels Gaston Dintrat, les époux Hartmann, réfugiés à Allex, le père Duilio Donzelli et son fils Dante de Valence-sur-Rhône, les ateliers Bachini et Vermare de Lyon. Les statues sont d'inspiration très diverses : Vierges à l'enfant couronnées, Vierges non couronnées dotées ou non d'une auréole, Vierges de Lourdes, Vierges en pleurs, Vierges à l'étoile, Vierges Notre-Dame des Foyers. Il convient d'y ajouter les statues antérieures à 1944, devenues Vierges du voeu par la suite.

Sources: "Semaine religieuse du diocèse de Valence, Die et Saint-Paul-Trois-Châteaux", 1947, p. 375 et 398 (MUV D 617 - ADD AP 55/15)

REVOL Hubert, "L'Echo et le Valentinois", 10 novembre 1987

Renseignements: Jean-Noël Couriol

Lieux à proximité