Espenel

Monument commémoratif

Lire plus

Voir les photos
Informations

Coordonnées

Adresse : Espenel , 26340 Espenel
Coordonnées GPS : 44.68874 , 5.22675
Voir sur la carte
Thématiques & ressources
Thématiques
  • Mémorial
  • Maquis
  • Combats
  • Déportation
  • Répression
  • Drôme
  • Site Historique
  • Sabotage
Description complète du lieu

Le mémorial d'Espenel est situé sur les lieux mêmes des combats de juillet 1944. Il a été inauguré le 21 juillet 1999 et réalisé par l'architecte Christian Vaude. Sur le mur rapellant une silhouette de bateau (Paul Pons était officier de marine marchande) et portant le symbole du la compagnie Pons (mélange d'une ancre marine et de la croix de Lorraine, réalisée par Jean-Claude Rambaud, ferronnier sculpteur sur les dessins de Christian Vaude et d'Albert Fié) on distingue trois plaques.

L'une commémore l'ataque du Vercors du 21 juillet 1944. L'autre nous rapelle les noms des Résistants des compagnies Pons et Chapoutat morts au combat ainsi que des victimes civiles d’Espenel et de Saillans. Enfin, une troisième porte les noms des résistants de la compagnie Pons tués pendant toute la campagne.

Depuis, d’autres plaques ont été ajoutées. Une plaque rappelle les circonstances de l'arrestation d'otages à la suite du sabotage du 22 décembre 1943. Le souvenir des trois compagnies qui ont opéré dans la vallée de la Drôme est inscrit sur une 5e plaque. Le 21 juillet 2010, en présence de sa fille, a été dévoilée une plaque en souvenir de Francis Cammaerts décédé en 2006.

Le mémorial commémore donc deux évènements.

Celui de la répression allemande à la suite du sabotage de la voie ferrée Livron – Veynes au niveau de la commune de Vercheny. Dans la nuit du 21 au 22 décembre 1943, la voie est sabotée entre Vercheny et Pontaix à la hauteur de Barsac. Cinq jours après, les Allemands encerclent les villages et rassemblent les hommes de 18 à 45 ans. Sur les 80 hommes arrêtés, 57 sont déportés. 37 d'entre eux ne reviendront pas des camps.

Le deuxième épisode concerne les combats de l’investissement du massif du Vercors en juillet 1944 lors de l’opération Bettina. Le premier accrochage a lieu à Aouste-sur-Sye, au pont des Grands Chenaux le 21 juillet 1944. Remontant la RN 93, la colonne allemande, assaillie aux Grands Chenaux le matin, est attaquée à nouveau dans l'après-midi entre Saillans et Espenel par la compagnie Pons. Onze Résistants sont tués. Le combat ne cesse qu'à la tombée de la nuit. Dans la bataille, une cinquantaine d'Allemands auraient été tués à la grenade Gammon. Les Allemands, qui occupent également Blacons en fin de journée, incendient le village d'Espenel et des fermes environnantes à titre de représailles. Malgré la résistance opposée par les maquisards, les Allemands progressent et remontent la vallée de la Drôme jusqu’à Die. Puis, empruntant la route du col de Rousset, ils pénètrent au cœur du Vercors, faisant leur jonction avec les autres troupes qui avaient investi le massif. Le 23 juillet 1944, l’ordre de dispersion donné par le commandement de la Résistance marque la fin de la résistance organisée du Vercors. La répression va s’abattre sur le massif et ses alentours.

Source: Musée de la résistance en ligne

Lieux à proximité