Saint-Genis-Laval

Site historique

Fort de Côte Lorette, où 120 détenus de la prison du fort Montluc (Lyon) ont été massacrés par les Allemands et des miliciens de Vichy.

alors que la Libération approche et que les Alliés remontent la vallée du Rhône, Klaus Barbie et Walter Knabb font transférer 120 détenus juifs et résistants de la prison du fort Montluc au fort de Côte-Lorette. Des miliciens participent à l’opération.

Les détenus y sont exécutés à la mitraillette dans la maison du garde attenante au fort. Les auteurs du massacre incendient la... Lire plus
Informations

Coordonnées

Adresse : Fort de Côte Lorette, 18 rue de la Croix-Rouge , 69230 Saint-Genis-Laval
Coordonnées GPS : 45.698517 , 4.783874
Voir sur la carte
Thématiques & ressources
Thématiques
  • Répression
  • Collaboration
  • Libération
  • Rhône
  • Site Historique
Description complète du lieu

Fort de Côte Lorette, où 120 détenus de la prison du fort Montluc (Lyon) ont été massacrés par les Allemands et des miliciens de Vichy.

alors que la Libération approche et que les Alliés remontent la vallée du Rhône, Klaus Barbie et Walter Knabb font transférer 120 détenus juifs et résistants de la prison du fort Montluc au fort de Côte-Lorette. Des miliciens participent à l’opération.

Les détenus y sont exécutés à la mitraillette dans la maison du garde attenante au fort. Les auteurs du massacre incendient la maison puis la font exploser. Un seul rescapé a pu témoigner. Les corps de 68 hommes et 6 femmes ont pu être identifiés. Les dépouilles ont été placées dans 88 cercueils dont 5 ne comprenaient que des restes non identifiables.
Le 23 août 1944, les obsèques ont été célébrées en présence du cardinal Gerlier, alors que les Allemands occupaient encore la ville.
Un monument commémoratif a été inauguré le 28 septembre 1947.
Plus d'informations: Le Maitron
Lieux à proximité

Le Réseau Mémorha regroupe en Région Auvergne-Rhône-Alpes des lieux et territoires en lien avec la Seconde Guerre mondiale ainsi que des chercheurs en sciences humaines et sociales.

Depuis sa création en 2011, il entend se confronter aux défis qui résultent de la disparition des témoins et de la transmission à des générations qui ont un lien ténu avec la période de la Seconde Guerre mondiale. Il réfléchit plus particulièrement à la valorisation touristique des lieux de mémoire, la création d’outils et de parcours de visite.

En 2016, le Réseau Mémorha a élargi son champ d’investigation à la nouvelle grande Région Auvergne-Rhône-Alpes. Afin de mettre en lumière les nombreux lieux de mémoire de ce vaste territoire, il travaille, au plus près du terrain, avec les structures muséales, les cercles d'érudition et les chercheurs, à la réalisation d'un portail numérique baptisé Mémospace.

Avec le soutien de :